MY BAYLOR DIARY #3 : La bouffe, le sport, au pays de Dr Pepper…

12467955_10208824732441389_1188660967_n
La piscine de l’université !

Les copains,

Non je ne vous ai pas abandonnés : je suis juste en train de crouler littéralement sous les devoirs et un week-end de trois jours à Austin (on en reparlera) n’a pas arrangé les choses ! C’est un examen reporté qui me donne finalement un peu de temps pour vous en dire plus sur ma vie ici. Le premier mois américain est déjà terminé. Tout passe trop vite et chaque jour je me rend compte que je ne veux plus rentrer (même si vous me manquez beaucoup). Il s’en passe tellement des choses !

En tout cas ça y est, j’ai une routine bien installée. On peut me croiser désormais en jogging, lunettes de soleil vissées sur le nez, un Starbuck à la main avec l’album d’Eminem dans les oreilles. Je commence à parler en slang à mes potes “Sup’ dude?”, “Gotcha bro’ but gimme five minutes” et je ne me perd presque plus pour aller en cours. Et puis je suis de jour en jour de plus en plus entourée.

La prochaine fois je vous parlerai d’ailleurs de l’école, de la vie en communauté, et puis si on a le temps des relations – surtout amoureuses – entre les gens (je m’amuse de tous ces rituels codifiés entre jeunes américains, d’autant plus à l’approche de la Saint Valentin). Mais avant cela, il serait temps d’aborder un sujet crucial : LA BOUFFE. 

Lorsque je suis partie je crois beaucoup se sont amusés à me faire des blagues, m’imaginant revenant avec vingt kilos en plus et se jetant tout de suite sur une bonne bouteille de vin.

Je ne sais plus si je vous l’ai dit mais il est totalement interdit de fumer et de boire (et plein d’autres trucs) sur le campus et pour en sortir il faut une voiture (ce que je n’ai bien sûr pas). Je sais, ce n’est pas plus mal : voilà deux mois que j’ai arrêté la cigarette ! Mais parfois avec nostalgie je me met à rêver d’un petit verre de Saint Emilion ou au traditionnel verre de bière du vendredi soir après les cours…

Waco - La vie à BaylorPour le reste, il a une dizaine d’endroits où prendre ses repas. Chaque lieu bénéficie de bars à salades, stands de pâtisseries, paniers de fruits, machines à gaufres, distributeurs de café et de sodas et j’en passe. Vous pouvez donc dîner un plat mexicain, une pizza, un hamburger voir quelque chose de plus traditionnel. Si certes beaucoup de tentations m’entourent j’arrive à aller chaque jour du côté des bonnes choses (qui niveau goût ne sont pas si bonnes en vérité mais ça c’est une autre histoire). J’ai dix repas sur ma carte par semaine et je dois me débrouiller pour le reste. Qu’on se le dise c’est un vrai bonheur de ne pas cuisiner (je déteste ça). Je me fait des délicieuses salades et m’autorise un bon brunch bien sucré le dimanche matin lorsque tout le monde est à la messe.

Il y a d’ailleurs un énorme paradoxe entre toute cette mode healthy – affiches dispersées partout invitant à manger bien, réunions sur le sujet, calories indiquées sur tous les plats – et les mauvaises habitudes semblant ancrées. La taille des part de pizza, le trop plein de tentations bourrées de sucre, les distributeurs de coca en libre accès et les verres de grandes tailles n’incitent pas à faire attention à sa santé. Même si c’est plus correctement j’ai remarqué que j’avais tendance à manger plus et donc trop depuis mon arrivée. Puisqu’une fois entrés dans l’un des restaurant nous pouvons prendre ce que nous voulons il n’est pas rare de se retrouver avec deux plats ou de ne plus compter ses verres de jus d’orange.

Documents1Toute cette abondance et cette mauvaise nourriture m’a fait réfléchir. J’avais déjà entamé ce processus mais venir aux Etats-Unis a été le déclic. Je mange désormais végétarien. Et par chance il y a des stands vegan et gluten-free pour me satisfaire. Si je veux me faire plaisir je préfère acheter sur le marché fermier un bon fromage, un cookie fait maison ou une tarte au noix de pécan. Le marché de Waco a lieu le samedi matin et les producteurs sont adorables. Malheureusement c’est très cher, comme les produits bio de chez Whole Foods : manger sainement aux Etats-Unis coûte vraiment un bras (si le sujet vous intéresse je vous invite à aller voir cet article d’Inès) ! Je préfère pourtant que mon argent aille aux paysans de la région plutôt qu’aux gros industriels qui nous ruinent la santé. J’ai réalisé que l’on ne pouvais pas avoir de grands idéaux pour le monde si l’on n’enclenchait pas pour commencer un changement en nous même.

Peut être est-ce dû au fait de voir toute cette quantité de nourriture jetée à chaque repas par les étudiants. Cela fait vraiment mal au cœur. Je me suis d’ailleurs un jour fortement énervée sur un ami qui par gourmandise avait été se chercher trois cookies qu’il a jetés intacts sans y avoir touché, parce qu’il “n’avait plus faim”. Cela n’a ici pas l’air d’être un sujet préoccupant et cela me choque.

12565386_1552685061716786_5180052730095729515_n
Un cours de danse avec le groupe X !

Je voulais aussi aborder avec vous le sujet du SPORT. C’est presque la moitié de ma vie en ce moment (l’autre moitié étant consacrée aux études, et oui à Waco en semaine ce sont les deux seules occupations possibles). J’ai recommencé à prendre goût au sport en arrivant à Baylor : un soleil idéal pour courir, une piscine en libre accès, des tas de lieux pour faire de la musculation, d’installations pour pratiquer tous les sports possibles et inimaginables et plusieurs associations. Le Groupe X par exemple propose pour 50 dollars par semestre un accès illimité aux cours de pilates, fitness, yoga, danse, aquagym, hip-hop qui ont lieu tous les jours.

En fréquentant ce groupe j’ai commencé les cours de Yoga, et cela a des bienfaits indescriptibles sur mon mental. Cela me permet aussi de mieux récupérer car j’ai beaucoup intensifié mon activité physique ces dernières semaines et ai tendance à me blesser. En tout cas je pense continuer à pratiquer en France et me renseigner un peu plus sur le sujet.

Documents

J’ai aussi rejoint le club de triathlon. Avec des parents triathlètes j’y ai souvent pensé mais ce n’était jamais le bon moment. A Baylor University il y a une équipe, des entraînements, des compétitions. Je suis donc 6 jours sur 7 au SLC, mon lieu préféré mais aussi le plus grand. A l’étage inférieur garçons et filles bénéficient d’un grand terrain de basket, d’une piscine, de salles de squash, de tables de ping-pong, d’un mur d’escalade ainsi que d’une salle avec toutes les machines pour faire au mieux son cardio et sa musculation A l’étage supérieur se trouvent masseurs, kinésithérapeutes, médecins du sport mais aussi tapis et matériel de fitness. Et tout en haut de quoi pratiquer la boxe, courir – une immense piste d’athlétisme entoure le terrain de basket du rez-de-chaussé et danser car c’est là que se trouvent les studios.

Pictures

Mon programme de la semaine se compose d’une heure de vélo, de deux séances de lift (musculation, haltères), d’un ou deux footing matinaux, d’au moins une heure de course sur un tapis, d’une séance d’entretien avec du rameur ou du vélo elliptique et d’au moins un tour à la piscine. Un programme qu’il va me falloir organiser désormais en routine. Le principal c’est que cela me plait: cela me fait du bien, je suis heureuse tous les jours d’enfiler ma tenue de sport et je lis tout un tas d’articles sur l’amélioration des performances ! Une fois que j’aurais récupéré un vrai vélo de course je pourrais aussi suivre le club. Les entraînements que nous avons sont très tôt le matin, à 6:30 en général et j’ai vraiment encore beaucoup de mal à m’y habituer. Soit cela me casse pour la journée soit au bout de quarante cinq minutes je fini par décrocher du groupe.

Je compte m’inscrire au duathlon de Dallas et aussi à une course de 5 kilomètres qui aura lieu dans ma ville pour une association humanitaire. Mais cette semaine mes trainings sont plutôt mauvais. Je me demande si j’aurais suffisamment la force et la forme pour le Duathlon qui se déroulera dans une semaine… Je vous tiendrai au courant une fois que j’en aurai parlé avec les autres.

En attendant je vous laisse, j’ai dormi comme une marmotte ce matin, je dois donc filer pédaler !

5 Comments

  • Salut Lucie !
    Merci pour ton petit commentaire sur le blog !

    Je m’excuse de ne te répondre que maintenant mais j’avais vraiment pas la tête à bloguer !
    Je découvre donc ton blog qui me plait déjà beaucoup j’adore le type d’article que tu écris, en apprendre plus sur ta vie au Texas, ton semestre là-bas !

    C’est super que tu fasses tout ce sport (faudrait que je m’y mette aussi) et je suis d’accord que les américains sont très paradoxales entre les sodas énorme et leur mode healthy 😉

    Je t’embrasse

    Marianne

  • Ton article est chouette ! La bouffe américaine ne vend pas du rêve.. C’est trop démesuré !!!
    C’est super tout ce sport que tu as la possibilité de faire ! C’est accessible financièrement je trouve :) .
    Bisous !!!

  • Troooooop mignonne de m’avoir mentionné dans ton article ma belle hihi :)
    C’est marrant d’avoir également ton ressentis, il est exactement identique au mien!
    J’ai exactement ressentis ça. Ce mélange healthy et fast food etc, j’ai d’aileurs programmé un article à venir sur comment rester un peu healthy aux Etats Unis, hihi c’est marrant.
    C’est trop bien que tu manges végétarien, moi j’ai aussi énormément réduit ma consommation de viande!! Plus que une fois par semaine :)
    De gros bisous ma belle!!!

    Ines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>